Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans, Duc de Nemours (1814-1896)

Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans,

Duc de Nemours (1814-1896)

Portrait du duc de Nemours par Franz Xaver Winterhalter, Château de Compiègne

Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans (25 octobre 181426 juin 1896) est un prince français, fils du roi des Français Louis-Philippe Ier, seizième duc de Nemours, général de division de l'armée royale sous la Restauration française et membre de la Chambre des Pairs.

Famille

Le prince Louis est le second fils et le quatrième enfant du roi des Français Louis-Philippe Ier (1773-1850) et de son épouse Marie-Amélie de Bourbon (1782-1866), princesse des Deux-Siciles.

Le 26 avril 1840, le duc de Nemours épouse à Saint-Cloud la princesse Victoire de Saxe-Cobourg-Kohary (1822-1857), fille de Ferdinand de Saxe-Cobourg-Saalfeld (1785-1851) et d’Antoinette de Kohary. Le mariage n’est guère prestigieux mais Victoire est tout de même la sœur du roi consort Ferdinand II du Portugal et du futur époux de Clémentine d'Orléans (1817-1907), le prince Auguste de Saxe-Cobourg-Kohary (1818-1881). Victoire est également la nièce de Léopold Ier de Belgique et la cousine germaine du prince consort Albert et de son épouse la reine Victoria Ire.

Le couple a quatre enfants :

Biographie

 Enfance et adolescence

Le duc de Nemours reçoit, comme ses frères, une éducation soignée et populaire, d’abord sous les yeux de son père et ensuite au collège Henri-IV. Mais il est également confié très tôt entre les mains de l'armée et est nommé, à l’âge de douze ans, colonel du 1er régiment de chasseurs à cheval de l'armée royale, sous la Restauration française. En 1830, le duc de Nemours est fait chevalier de l'ordre du Saint-Esprit par le roi Charles X et entre à la Chambre des Pairs.

En 1825, alors qu’il n’a que onze ans, le prince est considéré par les chancelleries européennes comme un possible candidat au trône de Grèce. Mais c'est finalement un prince de Bavière qui devient, en 1832, roi de Grèce sous le nom d'Othon Ier de Grèce. Plus tard, le 13 février 1831, le duc de Nemours est élu roi par le Congrès national belge alors qu’il participe avec l’armée française à la libération de la Belgique de l’occupation néerlandaise. Cependant, la situation internationale (en particulier l’opposition du Royaume-Uni) oblige son père à refuser cet honneur et c’est un prince de la maison de Saxe-Cobourg, Léopold Ier, qui devient finalement souverain de Belgique. Cette déconvenue n'empêche cependant pas le duc de Nemours de participer au siège d'Anvers en 1832.

Prince français

En janvier 1833, le duc de Nemours et ses frères le duc Ferdinand-Philippe d'Orléans et le prince de Joinville François d'Orléans accompagnent le roi Louis-Philippe Ier dans son voyage dans le département du Nord.

En 1836-1837, le prince participe à une expédition contre la ville de Constantine durant la conquête de l'Algérie et est placé à la tête de la brigade organisant le siège de la cité maghrébine. La ville est prise le 13 octobre et le prince se distingue à plusieurs reprises pendant les combats. En 1841, le prince est à nouveau en Algérie où il sert sous les ordres du général Bugeaud.

Le duc de Nemours revient ensuite en France par Gibraltar et l’Atlantique. Sur le chemin, il se blesse au bras, ce qui ne l’empêche pas d’assister à l’ouverture des Chambres, le 18 décembre 1837. Lorsqu’il revient finalement en métropole, le duc de Nemours est également nommé commandant du camp de Compiègne.

En complément de ses actions militaires, Louis d’Orléans est périodiquement envoyé en mission de courtoisie en Angleterre (1835, 1838 et 1845), à Berlin et à Vienne (1836).

Mariage

Le 25 janvier 1840, le chef du gouvernement, le maréchal Soult, annonce le prochain mariage du duc de Nemours avec la princesse Victoire de Saxe-Cobourg-Kohary (1822-1857) et dépose un projet de loi instituant une dotation de cinq cent mille francs de revenu annuel pour le prince et une allocation de cinq cent mille francs pour frais de mariage et d'établissement.

Mais ce projet de loi suscite aussitôt une véhémente opposition. Cormenin publie un pamphlet venimeux, Questions scandaleuses d'un jacobin au sujet d'une dotation. Des pétitions circulent à Paris et en province. Victor Hugo, dans son journal, évoque une « honteuse querelle entre un roi grippe-sou et des bourgeois tire-liards [1] ». Dans une lettre à un ami, Proudhon, pourtant républicain, note le 27 février 1840 l'inconséquence des députés de la bourgeoisie : « Qui veut le roi, veut une famille royale, veut une cour, veut des princes du sang, veut tout ce qui s'ensuit. Le Journal des débats dit vrai : les bourgeois conservateurs et dynastiques démembrent et démolissent la royauté, dont ils sont envieux comme des crapauds [2]. » En définitive, le projet est repoussé par les députés le 20 février, ce qui entraîne la démission immédiate du ministère Soult.

Le 26 avril 1840, le duc de Nemours épouse finalement, à Saint-Cloud, la princesse Victoire de Saxe-Cobourg-Kohary mais aucune dotation extraordinaire ne lui est versée pour l'événement.

 Disparition tragique du prince royal

Le 13 juillet 1842, le prince royal Ferdinand-Philippe d'Orléans, frère aîné du duc de Nemours et héritier du trône français, meurt tragiquement sur la route de Neuilly. Les Chambres dissoutes la veille sont convoquées de nouveau : elles votent à une immense majorité la loi qui leur est proposée et font ainsi du duc de Nemours le régent en cas d’accession au trône de son jeune neveu, le comte de Paris (le « Philippe VII » des orléanistes).

D'un point de vue dynastique, le vote des Chambres est tout à fait logique puisque le duc de Nemours est le second fils du roi. Pourtant, ce choix affaiblit considérablement la famille royale. De fait, les réserves du duc de Nemours, qui ne cache pas ses sympathies légitimistes, et son peu d’attrait pour les fonctions publiques, rendent le prince impopulaire auprès de l’opinion française.

En juin 1846, le duc de Nemours assiste, avec son frère le duc de Montpensier, à l’inauguration de la Compagnie des chemins de fer du Nord, à Lille.

 Les événements de 1848

Lorsqu'éclate la révolution de 1848, le duc de Nemours tient les Tuileries assez longtemps pour permettre au roi de se retirer de la capitale mais s’abstient de mener toute action militaire contre les insurgés.

Le roi ayant abdiqué, le prince accompagne ensuite sa belle-sœur, la princesse Hélène de Mecklembourg-Schwerin, duchesse d’Orléans, partie à l’Assemblée avec ses deux enfants pour faire proclamer l’aîné roi des Français. Conscient de son impopularité, le duc de Nemours est alors prêt à renoncer à son titre de régent au profit de sa belle-sœur. Mais la tentative est un échec et l'assemblée proclame la république. Par ailleurs, le duc de Nemours est séparé de sa famille par les insurgés et ne parvient à s’échapper qu’en se déguisant en garde national. Le prince s’embarque ensuite pour l’Angleterre où il rejoint son épouse et ses parents, à Claremont.

 L'exil

Pendant son exil, et surtout après la mort de son père, le duc de Nemours œuvre à la réconciliation des deux branches de la maison de France (Bourbons et Orléans), préalable indispensable, selon lui, à la restauration monarchique en France. Ses tentatives échouent néanmoins du fait de l’attitude conjointe du comte de Chambord, qui se montre par trop intransigeant, et de la duchesse d'Orléans, qui maintient les prétentions de son fils, le comte de Paris. Bien que prêt à aller beaucoup plus loin que les autres membres de la famille d’Orléans dans l’acceptation des principes légitimistes, le duc de Nemours met fin à ses négociations avec le chef des Bourbons avec une lettre, dictée par le prince de Joinville, où il insiste sur la nécessité pour le comte de Chambord d’accepter le drapeau tricolore et le principe d’un gouvernement constitutionnel.

Il faut finalement attendre 1871 pour que le duc de Nemours et les autres princes de la maison d’Orléans renouvellent leur allégeance à la branche aînée des Bourbons. Cependant, même à ce moment-là, le comte de Chambord refuse de consulter les descendants de Louis-Philippe lorsqu’il se rend à Paris en 1873. Bien plus, les différences politiques entre les deux familles perdurent jusqu’à la mort du comte de Chambord en 1883.

 Les dernières années

En 1871, l’exil imposé aux princes capétiens par la Deuxième République et le Second Empire prend fin et le duc de Nemours retourne en France. En mars 1872, il est réintégré dans l’armée comme général de division. Mais, en 1886, le prince est à nouveau rayé des cadres de l'armée après le vote d'une seconde loi d'exil.

Il disparaît le 26 juin 1896 à Versailles à l'âge de quatre-vingt-deux ans.

 

5 votes. Moyenne 3.40 sur 5.

Commentaires (2)

1. Fati 15/08/2009

Bonjour tous le monde,
je suis Fatiha de tlemcen, je suis ingénieur et cadre commercial, je tiens à vous remercier pour ce site, c'est vrais qu'il est maigre mais trés riche, c'est par coinsidence que je me suis trouver sur ce site, j'ètais à la recherche des vieilles photos de ghezaouet, je me suis vraimant enréchis par votre histoire sur le Duc de france, je vous souhaite bonne chance

2. Abderrahim 21/06/2011

Nous ne voulons pas l'histoire du duc
nous avons besoin de l'histoire de Touent qui a été détruite par le criminel général Bugeaud en 1845 .
Fikou ya nas Ghazaouet .

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site